Hasdrith et Nabatéa

1ER CHANT : La douleur de Nabatéa

Au fond des âges
Dans un temps infini
Là où les chemins dorment debouts
Là où les brumes chantent des messages
Là où les fleuvent murmurent d’incroyables légendes
Vit Nabatéa l’oubliée…

C’est une Ombre blonde et claire au grand malheur
Elle est née avec le visage éteint, noir comme la nuit
Comme voilée d’un masque sombre, captive à jamais
Ses parents, maudits, l’ont abandonnée là à tous les vents
Assise près d’une grotte, sur un balcon de sable
Elle se désespère de ne jamais pouvoir donner un sourire…

Alors, avec ses mains, elle se lamente…

Qui viendra à l’aurore allumer mon visage
Lui rendre la lumière, lui donner un sourire
Eclairer mes lèvres et mes paupières, ma bouche et mes yeux ?
Qui viendra, franchissant les âges et les brumes,
Me dessiner de nouveaux rêves ?

2E CHANT : Le message du nuage

Et puis soudain
C’est alors qu’un matin, enfin,
Venu aussi doux qu’un voile de satin
Une nuage de paroles glisse et passe, embrasse et enlace
Nabatéa, Ombre blonde au visage éteint, sombre comme la nuit…
Nabatéa l’entend…

Dans ses oreilles, le nuage écrit :
«Seul un rayon de soleil pourra illuminer ton visage et te libérer»
Nabatéa l’apprend…
Sur son front, le nuage écrit :
«Ses yeux brilleront comme l’ébène et son sourire te donnera la vie»
Nabatéa l’attend…

Alors, dans son cœur, elle tressaille…

Viendras-tu mon rayon jusqu’à moi,
En auras-tu la force et le courage,
Perceras-tu toutes les ombres,
Traverseras-tu toutes les brumes
Me donneras-tu la vie ?

3E CHANT : La naissance d’Hasdrith

Alors, au zénith,
Tout en haut du grand ciel
Le soleil, qui veille de ses deux oreilles
Prend un beau rayon de son ventre tout rond
Il le contemple un long temps et dit : “Il te faut un prénom !”
Ce sera «Hasdrith»…

Et maintenant, il lui ordonne,
“Cours jusqu’à elle, n’aies pas peur du Noir”
Hasdrith écoute…
Et maintenant, il lui conseille
“Fais de tes ennemis des amis, reçois leur force, bois leur saveur»
Hasdrith s’élance !

Alors, toutes les étoiles proclament…

Hasdrith a pris son envol, sa course folle
Hasdrith, chaud comme du miel…
Hasdrith, pointu comme une lance…
Hasdrith, celui qui s’en va illuminer le visage
De Nabatéa, Ombre blonde, captive de la nuit

4E CHANT : La voyage d’Hasdrith

1ERE ETAPE

Pauvre Hasdrith ! C’est un étourdi !
Le voilà qui se fond dans une lueur de lune
Comme un lac étoilé, un tableau nocturne
Alors, il boit une gorgée. C’est une gorgée d’argent
Il l’emporte !

Alors Hasdrith implore. C’est une plainte…

Qui me montrera la route ?
Qui me lèvera mes doutes ?
Qui me mènera à Nabatéa, la prisonnière ?
Qui me donnera un peu de lumière ?

Puis Hasdrith reprend son voyage…

2EME ETAPE

Pauvre Hasdrith ! C’est un imprudent !
Le voilà qui est tout mouillé d’un voile de pluie
Un drap opaque qui le rend tout de gris vêtu.
Alors, il s’ébroue. C’est une fontaine de ruisseaux.
Il l’emporte !

Alors Hasdrith implore. C’est une plainte

Qui me montrera la route ?
Qui me lèvera mes doutes ?
Qui me mènera à Nabatéa, la prisonnière ?
Qui me donnera un peu de lumière ?

Puis Hasdrith reprend son voyage…

3EME ETAPE

Pauvre Hasdrith ! C’est un rêveur !
Le voilà qui rebondit sur une vague de mer
Un ricochet rageur, une gifle marine
Alors il se parfume. C’est un arôme de sel
Il l’emporte !

Alors Hasdrith implore. C’est une plainte

Qui me montrera la route ?
Qui me lèvera mes doutes ?
Qui me mènera à Nabatéa, la prisonnière ?
Qui me donnera un peu de lumière ?

Puis Hasdrith reprend son voyage…

4EME ETAPE

Pauvre Hasdrith ! C’est un écervelé !
Le voilà qui s’écrase sur un miroir
Comme un reflet qui n’aurait pas réfléchi
Alors, il s’étoffe. C’est un manteau de cristal
Il l’emporte !

Alors Hasdrith implore. C’est une plainte

Qui me montrera la route ?
Qui me lèvera mes doutes ?
Qui me mènera à Nabatéa, la prisonnière ?
Qui me donnera un peu de lumière ?

Puis Hasdrith reprend son voyage…

5EME ETAPE

Pauvre Hasdrith ! C’est un hurluberlu !
Le voilà qui disparaît dans une forêt noire
Pleine d’arbres verts qui chantent le soir
Alors, il s’enivre. C’est une ivresse de sève.
Il ‘emporte.

Alors Hasdrith implore. C’est une plainte

Qui me montrera la route ?
Qui me lèvera mes doutes ?
Qui me mènera à Nabatéa, la prisonnière ?
Qui me donnera un peu de lumière ?

Puis Hasdrith reprend son voyage…

6EME ETAPE

Pauvre Hasdrith ! C’est une tête en l’air !
Le voilà qui s’évapore dans la neige
La tête la première, il en est tout retourné
Alors il a bouillonne. C’est une colère de vie…
Il l’emporte.

Alors Hasdrith implore. C’est une plainte

Qui me montrera la route ?
Qui me lèvera mes doutes ?
Qui me mènera à Nabatéa, la prisonnière ?
Qui me donnera un peu de lumière ?

Puis Hasdrith reprend son voyage…

7EME ETAPE

Pauvre Hasdrith ! C’est un candide !
Le voilà qui se noie dans une pépite d’or
Ce grain de lumière, pur comme une flamme
Alors il coule une larme. C’est une larme blonde
Il l’emporte

Alors Hasdrith implore. C’est une plainte…

Qui me montrera la route ?
Qui me lèvera mes doutes ?
Qui me mènera à Nabatéa, la prisonnière ?
Qui me donnera un peu de lumière ?

Puis Hasdrith reprend son voyage…

5EME CHANT : L’illumination

Courageux Hasdrith !
Voilà que par delà les âges
Voilà que par delà l’infini du temps
Voilà que par delà les routes, les brumes, les fleuves
Hasdrith, comme la foudre, illumine d’une seule étincelle
La Princesse Nabatéa…

Nabatéa, me voilà, tout feu, tout flamme…
Je sais ! Je suis un étourdi, un imprudent, un hurluberlu,
Un écervelé, une tête en l’air, un rêveur, un candide
Mais maintenant, je sais, je ne suis plus pauvre !
J’ai appris, j’ai écouté, j’ai reçu, j’ai bu !
J’ai vaincu tous les Noirs, je suis riche de toutes mes erreurs !

Alors Hasdrith chante…

Puise dans mon feu, dans ma flamme
Des yeux comme une fontaine de lumière
Un sourire comme un incendie doré
Un regard comme un éclair de Lune
Une bouche comme une perle marine
Un front comme un reflet de miroir
Des lèvres comme une feuille rougeoyante
Des joues comme un éclat de neige

6EME CHANT : Le Chant de Nabatéa

Alors pour Nabatéa
Voici venu le temps de l’aurore
Son visage s’enflamme et fait la lumière
Elle s’empare de tous ces dons venus du ciel
De ses lèvres enfin libres s’élancent un grand chant
Le chant de Nabatéa…

Mon Hasdrith,
A tout petits pas
Comme le murmure de la nuit
Tu as caressé mes yeux,
doux et satiné

Mon Hasdrith,
A tous les vents de sourire
Comme la torche irisée d’un phare
Tu as glissé ton cœur
Fort et enchanteur

Mon Hasdrith,
A pleine vie de tes mains
Comme un écrin de braise
Tu as chanté la joie
D’amour et de lumière

Mon Hasdrith,
Au grand vertige de tes yeux
Comme les emblèmes d’un royaume
Nous avons dansé tous nos crépuscules
De souffle et d’Esprit

Mon Hasdrith
Pour l’Eternité à jamais
Nous voici réunis
Ombres et Lumières enlacées
A la Vie à la Mort !…

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s